N’est-il pas temps de tourner la page ?

octobre 28th, 2017 by admin | 30 vues




Christelle Darouny Gauthier Ditthavong :
J ai été très fière de participer à la manifestation pour les droits de l homme pour les peuples opprimés, pour le Laos. Nous étions peu nombreux mais la quantité ne mesure pas la force de notre coeur. Vive la libérté, vive l’espoir!

Surya Pravong :
ça fait longtemps que je ne vais plus à ce genre de manif. J’ai l’impression que ça ne sert à rien. Nous sommes en 2017, beaucoup de choses ont changé. N’est-il pas temps de tourner la page et regarder vers l’avenir au lieu de regarder vers le passée ?

Surya Pravong :
Tu vas garder ta rancune et ressentiment toute ta vie ? « Alimenter la rancune, c’est mourir peu à peu ».

Christelle Darouny Gauthier Ditthavong :
Bonjour monsieur, en venant à cette manifestation pour la première fois, avec la pleine conscience de mes actes. Etant la première génération française, je marche sur les pas de mes parents libres, je ne peux qu’être consternée par les évènements d’Aujourd’hui! vous parliez de rancune, moi je n’ai aucune rancune, que de l’espoir; j’espère que les laotiens pourront un jour connaître la pleine liberté que tout individu mérite, j’espère que les jeunes emprisonnés à cause de leurs propos sur facebook soient libérés; car à leur différence j’ai le DROIT et je me sens le DEVOIR d’ »utiliser ma liberté pour défendre leurs libertés »

Laurent Douangvichith :
Continuez à croire, je suis avec vous!

Sisomdeth Deth Syhanath :
Ça sert à beaucoup de chose cette manif,y a que des défaitistes et des profiteurs qui sont pessimistes.Les dirigeants de la république dite démocratique populaire lao changent mais les mensonges et la corruption restent,ce sont toujours des dictateurs communistes avec le parti unique,il a pas mal des colabos parmi nous maintenant

ຈິມມີ້ ດິດທະວົງ :
Tout à fait,donc à nous de se savoir différencier le faux et le vrai.

Surya Pravong :
42 ans déjà, libérez-vous de la souffrance qu’on nous a faite. Et être vraiment libre de trouver le bonheur. Le poids le plus lourd qu’on peut porter, c’est la rancune.
Pardonner, c’est se libérer de la souffrance.
Pardonner ne revient pas à dire « J’accepte ce que tu as fait ».
Non, cela signifie plutôt « Je ne suis plus disposé à porter
une souffrance en réaction à tes actes ».
Après tout, si nous gardons la rancune au coeur,
nous ne faisons que nous punir nous-même.

Sisomdeth Deth Syhanath :
Vas donc ,le nouveau vendu,rejoindre les dictateurs lao-viets,personne ne te retient ,on est fier d’être libre et on se bat jusqu’a la libération de notre pays
en chassant les dictateurs communistes lao-viets hors de notre pays bien aimé.

Surya Pravong :
Personnellement, je ne suis jamais retourné au Laos. Comment je peux être un vendu ? Et sur mon site laofr.net, il y a le drapeau éléphant à 3 têtes.

Sisomdeth Deth Syhanath :
En façade c’est du top,mais en réalité tu te comporte comme les vendus, »ça fait longtemps que je ne vais plus à ce genre de manif. J’ai l’impression que ça ne sert à rien. Nous sommes en 2017, beaucoup de choses ont changé. N’est-il pas temps de tourner la page et regarder vers l’avenir au lieu de regarder vers le passée « ,«ບ່ໍພາຍຍັງບໍ່ແລ້ວ ເອົາຕີນປ້ານນ້ຳ
ອີກ»ອັດໄວ້ດີກວ່າ ທີຈະເອີຍແນວ
ເສັຍຫາຍໃຫ້ຜູ້ອື່ນ»

Surya Pravong :
Je voudrai bien savoir : est-ce que pour toi, tous les gens qui sont retournés au Laos sont des vendus ?

Sisomdeth Deth Syhanath :
Ça dépend des gens ,s’il est correct et ne dire des sottises sur les autres,ce ne sont pas des colabos et des vendus .

Surya Pravong :
ça veut dire quoi « dire des sottises sur les autres » ? Qu’est qu’on ne peut pas dire ?

Sisomdeth Deth Syhanath :
« ça fait longtemps que je ne vais plus à ce genre de manif. J’ai l’impression que ça ne sert à rien. Nous sommes en 2017, beaucoup de choses ont changé. N’est-il pas temps de tourner la page et regarder vers l’avenir au lieu de regarder vers le passée  »

Sisomdeth Deth Syhanath :
Du respect tout ce qu’on veut et on a pas besoin de tes leçons (rectif)gardes pour toi

Surya Pravong :
Tu vois, tu reconnais toi-même que c’est des conseils. En fait, ce n’est même pas un conseil, c’est une opinion+une interrogation. « N’est-il pas temps de tourner la page ? ». Je dis simplement aux gens, s’ils veulent trouver le bonheur, il faut se libérer de la haine et la rancœur.

Nelson Mandela nous explique l’importance du pardon et de l’humilité : « Dès que je suis sorti de prison, j’ai dû détruire ce mythe qui consiste à croire que je suis un être extraordinaire. »



Posted in Lao Nork

Comments are closed.